> Accueil > Paroles > L'homme en habit

L'homme en habit

    Les paroles de L'homme en habit ont été écrites par Pierre Delanoë / Domenico Modugno et la musique composée par Mateo Treppiedi.

    Le titre L'homme en habit a été enregistré en 1958.
    La chanson L'homme en habit a été éditée par Accordo Sa Edizione MusMetro No 3.
    Liste des artistes ayant repris cette chanson : Barbara

    Anecdotes sur L'homme en habit

    Souvent, quand Pierre Delanoë et Gilbert Bécaud débutaient ensemble une nouvelle chanson, Gilbert lui disait, « Refais-moi l’homme en habit ».

    Paroles L'homme en habit

    Montmartre et sa colline
    Ont mis une sourdine
    Les lumières s'éteignent
    La lune enfin peut briller
    Quelques rires sonores
    Se font entendre encore
    Des filles passent lasses
    Pressées d'aller se coucher
    Le laitier seul au monde
    A commencé sa ronde
    Faisant vibrer la nuit
    Du bruit de ses bidons
    De lait
    Et voici l'homme en habit
    Cet élégant gentilhomme
    Porte un chapeau haut-de-forme
    Une cape de soie noire
    Et canne à pommeau d'ivoire
    Et son gilet tout blanc
    Un papillon, un papillon
    En tissu bleu
    De sa démarche élégante
    Il descend les rues en pente
    La mine aristocratique
    Et le geste mécanique
    D'un homme qui ne sait pas
    Ni d'où il vient
    Ni d'où il vient
    Ni où il va
    Mais voici la lumière
    De tristes réverbères
    Que l'homme dévore
    Comme des lambeaux de nuit
    Une fenêtre baille
    Sur un homme qui baille
    Faut qu'il aille au travail
    Il a sommeil et ça l'ennuie
    L'homme en habit s'avance
    Vers le fleuve en silence
    Et tombe comme une ombre
    Dans le noir qui l'engloutit
    Emportant l'homme en habit
    Cet élégant gentilhomme
    Portait un chapeau haut-de-forme
    Une cape de soie noire
    Et canne à pommeau d'ivoire
    Et sur son gilet tout blanc
    Un papillon, un papillon
    En tissu bleu
    Il n'est plus de notre monde
    Et descend au fil de l'onde
    Comme un poisson fantastique
    Sous les pierres des ponts antiques
    Et son âme ne sait pas
    Ni d'où elle vient
    Ni d'où elle vient
    Ni où elle va
    Adieu, adieu, adieu gentilhomme
    C'est une charmante idée
    D'avoir mis pour voyager
    A travers l'éternité
    Ton costume de marié
    Adieu.

      Donnez votre avis !

        Vous souhaitez réagir, donner votre opinion, nous signaler une anecdote, merci de remplir soigneusement le formulaire ci dessous.

        Nom :
        Prénom :
        Adresse :
        Ville :
        Code postal :
        E-mail :
        Téléphone :
        Objet :
        Votre message, anecdote, avis :